Problèmes de bracelets sportifs

Jawbone Up et Runtastic Orbit au poignet droit
Aujourd’hui: Jawbone Up et Runtastic Orbit au poignet droit

MISE À JOUR: Google Fit est en ligne, installez ici!

J’ai une fascination pour les super-podomètres qui mesurent l’activité physique tout au long de la journée. Je les ai presque tous essayés – Nike+, Fitbit (que j’ai perdu!), Loop, Misfit Shine, Pulse O2 et bien d’autres encore, sans compter la Pebble et les appareils Android Wear qui permettent aussi de mesurer si on a assez bougé dans la journée. J’en porte plusieurs à la fois; je répète en blague que je manque de poignets pour les porter (ça fait toujours rire).

Mais même si j’ai un gros faible pour les bracelets connectés (les wearables, diraient les français), il reste plusieurs problèmes…

J'apprécie l'ouverture de Runkeeper.
J’apprécie l’ouverture de Runkeeper.
  • Regrouper ses données au même endroit est un casse-tête. Accumuler pendant des mois (des années dans mon cas!) ses informations de course dans un service et réaliser qu’un nouveau joujou n’est pas compatible, c’est désagréable. Que le bracelet Orbit de Runtastic soit compatible avec le service et l’application Runtastic, ça va de soi; mais pourquoi ne pas permettre le transfert vers Runkeeper (un service concurrent)? Un bracelet Polar, ça devrait se synchroniser automatiquement avec Runkeeper et Runtastic, mais je n’ai réussi à le faire qu’en exportant les données manuellement, puis les importer dans l’autre service…
  • Qu’est-ce qui se passe avec les données en double? Si on utilise son téléphone pour enregistrer ses données de course et un autre bracelet pour notre activité physique générales… Est-ce qu’on se retrouve avec une journée doublement active? Les données devraient être combinées de façon transparente et intelligente (distance parcourue mesurée par GPS/nombre de pas = une excellente façon d’estimer la longueur d’une foulée…).
  • Trop de fonctions c’est comme pas assez. Appuyer longuement sur un bouton pour indiquer qu’on va se coucher c’est une bonne idée… Mais taper deux fois vite puis une fois longuement… Ça fait quoi déjà?  Et qu’est-ce que ça veut dire quand la petite lumière clignote deux fois? Et si on tape de la mauvaise manière, comment on revient en arrière? Et pourquoi il faut dire à son bracelet qu’on va se coucher? Une diminution marquée des mouvements entre minuit et 7 heures du matin, ça devrait être simple. D’autant plus que…
  • Pour mesurer la qualité de son sommeil, porter un bracelet pour dormir n’est pas agréable. Une montre, c’est carrément désagréable.
  • Quand on recharge son bracelet, notre activité n’est pas mesurée. La recharge de la plupart des bracelets est habituellement très rapide (moins de deux heures), mais quand même: deux heures, c’est deux heures. Recharger la nuit est l’idéal, mais pendant ce temps on ne peut pas mesurer la qualité de notre sommeil. (C’est une des raisons pour laquelle j’aime bien le Misfit Shine: il suffit de remplacer une pile aux 5 mois environ.)

Les applications nécessaires

  • Et le plus gros problème: pourquoi faut-il plusieurs applications? (J’ai non pas une mais quatre applications de Runtastic!)

Google Fit

Heureusement, Apple et Google tentent de régler ces nombreux problèmes avec l’application Santé (HealthKit, dont le lancement a été plutôt cahoteux) et Google Fit (qui devrait être lancée sous peu avec une liste de partenaires très intéressante qu’on peut télécharger ici). J’espère que ça fonctionnera bien le plus rapidement possible!

2014-10-25_16-40-51
Les nombreux partenaires de Google Fit… One app to rule them all?

P.

AJOUT: Pendant que j’écrivais ceci, Fitbit annonçait trois nouveaux bracelets sportif. La Surge, une fitness superwatch semble bien placé pour être un concurrent sérieux à la Apple Watch – moins joli, mais beaucoup moins cher…

3 réflexions sur « Problèmes de bracelets sportifs »

Les commentaires sont fermés.