Lomi, le composteur express

Le composteur Lomi de Pela promet de transformer ses déchets de table en « compost » en quelques heures. À l’essai, je découvre que c’est probablement une fausse bonne idée…

Composteur Lomi: fonctionnement

lomi composteur compost test essai review résultat
Le résultat. Du compost ? Pas vraiment.

Première constatation à l’arrivée du Lomi chez moi : la boîte est énorme et lourde. Le Lomi est un joli appareil, mais il est gros – entre une machine à pain et un four microonde. Je me demande bien à quel endroit je vais placer ce truc.

Son fonctionnement est simple. On dépose ses matières organiques dans l’appareil, et on appuie sur un bouton. Pas besoin d’application ou de configuration.

Un processus long et bruyant

Le bouton permet de choisir entre trois modes pour transformer ses matières organiques en « compost » plus ou moins rapidement. Le processus prend entre 3 heures (mode Eco Express) et jusqu’à 24 heures (mode Grow) Le mode Lomi Approved permet de traiter le bioplastique en 5 à 8 heures.

La machine est bruyante. Un bruit entre un moulin à café et un séchoir à cheveux. C’est comme avoir des travaux de construction dans sa rue ! L’appareil dégage une chaleur humide. Pour limiter l’odeur qui se dégage (un fumet humide, dont le parfum dépendra de ce qu’il y a dans le bac), on suggère de remplir deux compartiments de granules de charbon activé, qu’il faudra remplacer aux trois mois environ. On suggère aussi d’ajouter une capsule d’activateur de compost avant le démarrage (je n’ai pas constaté de différence dans le résultat).

Est-ce que ça fait vraiment du compost ?

J’ai fait quelques essais avec des pelures de patates et d’orange, du marc de café, des mouchoirs jetables et un sac en bioplastique. Après plusieurs heures, j’ai obtenu une matière sèche avec des petits bouts de plastique encore visibles (il paraît que c’est normal). Ça ne ressemble pas du tout à du compost.

Le bac pour la matière est en métal solide, facile à vider. Le vider à quel endroit ? Bonne question. On pourra mettre la matière dans ses plantes de maison, l’épandre dans son jardin. Si on le jette à la poubelle ou dans un bac de compost… Ce serait un peu inutile, non?

Un composteur de comptoir, une fausse bonne idée ?

Au-delà de la vidéo promotionnelle avec des situations exagérées dignes des pires infomerciaux, à qui le Lomi peut-il être vraiment utile ?

Gros et bruyant, le Lomi est moins un composteur qu’un broyeur qui assèche les matières organiques. Le produit final n’a rien à voir avec du « compost ».

Combien coûte le composteur Lomi?

Le composteur de comptoir Lomi coûte la jolie somme de 499 USD. Pour un fonctionnement optimal, il faudra ajouter autour 39 USD par trois mois pour les granules de charbon activé et l’activateur pour le compost. Il faudra aussi tenir compte du coût de la consommation d’électricité – nous sommes choyés au Québec d’avoir de l’électricité propre et très abordable!

Je sais que plusieurs entreprises proposent des « composteurs » domestiques. Est-ce qu’ils sont mieux conçus, plus silencieux, plus compacts, et donnent de meilleurs résultats ? Si vous considérez toujours l’achat d’un composteur de table, jetez un coup d’œil sur la vidéo de Thunderf00t, qui démonte plus en détail les arguments promotionnels de Lomi, en analysant la consommation énergétique.

À regarder avant de se procurer un composteur de comptoir Lomi

Une autre grande question : on le met où, le Lomi? Il serait bien sur son comptoir de cuisine, mais il prendra beaucoup de place. En raison de l’humidité qu’il dégage, on ne veut pas le faire fonctionner dans un endroit fermé. Le Lomi pourrait avoir sa place par terre, à côté de sa poubelle de cuisine… Mais il faudra se pencher pour y mettre ses déchets de table, et il faudra aussi avoir une prise de courant à proximité. Dans le garage ? Il faudra y porter ses déchets de table. Aussi, pour une grosse famille, il pourra être nécessaire de faire plusieurs « brassées » par jour. La gestion de tout ça, la matière qui attend à côté de la machine.

Alternatives aux composteurs express

Il y a déjà une collecte de matières compostables dans plusieurs villes. Ceux qui ont un jardin peuvent y déposer leurs déchets de table… L’été, quand il fait chaud, on pourra laisser ses déchets de table au frigo ou au congélateur (ou à l’extérieur au Québec l’hiver) pour éviter les mauvaises odeurs. Finalement, c’est probablement mieux que d’acheter un gros appareil bruyant, qu’il faudra faire fonctionner pendant plusieurs heures pour avoir quelques poignées de matière organique séchée…

P.

PS: Le vermicompostage est probablement une option plus écologique. Les composteurs de balcon aussi!

pascalforget

Chroniqueur et journaliste en technologie et en science.